>  Fiches Pratiques  >  Justice et procédure  >  Juridictions civiles  >  Tribunal de grande instance  >  Juge de l'exécution

Principe


Le juge de l’exécution tranche les difficultés survenues à l’occasion de l’exécution d’une décision de justice ou d’une saisie en matière civile. 
Cette fonction incombe au président du Tribunal de Grande Instance ou à un juge délégué du tribunal.

A voir aussi

Exécution de jugement Suite à un jugement de tribunal de proximité condamnant la partie adversaire (un notaire), j'ai apporté le jugement à un huissier de la même petite ville d...

Forum - Résolu

Exécution de jugement Maitre, suite à mon licenciment en 2004 j'ai gagné aux prud'hommes et également en cours d'appel de nimes. après 3 plans de sauvegarde consécutifs de la ...

Forum - Résolu

Obligation exécution de jugement J'ai été condamné il y deux ans a verser la somme de près de 15000€. j'ai perdu une affaire contre une commerçante qui revendiquait la mauvaise exécution d...

Forum - Résolu

Pouvoir


Le juge de l'exécution peut :

  • forcer l'application d'une décision de justice 
  • ou seulement prendre des mesures conservatoires en contrepartie d'aménagements favorables aux personnes condamnées.

Il est le seul à pouvoir autoriser un créancier (personne à qui on doit de l'argent) à prendre des mesures conservatoires (c'est à dire une mesure préventive consistant à faire surveiller les biens de la personne qui vous doit de l'argent) lorsqu'il estime que sa créance est menacée. 

Par exemple, bloquer sur un compte bancaire les sommes correspondant aux loyers impayés. 


Il peut prononcer des astreintes (c'est à dire des condamnations à payer une somme d'argent à raison de tant de jours de retard). 


Il peut réclamer l'usage de la force publique pour faire exécuter les décisions de justice, ainsi que certains actes notariés ou administratifs qui sont exécutoire (c'est à dire qui ne peuvent plus être contestés)


Après signification d'un commandement ou d'un acte de saisie, le juge de l'exécution a compétence pour accorder au débiteur des délais de grâce, c'est à dire des délais supplémentaires pour régler sa dette. 


Il vérifie la validité des procédures de saisie. 


Conseil Pratique


En matière de saisies des rémunérations  ou de contentieux du surendettement,  le juge de l'exécution est le président du tribunal d'instance  (TI) ou son représentant.


Pour tous les autres sujets, le juge de l'exécution est le président du tribunal de grande instance  ou son représentant.


Sur le plan territorial, le juge saisi doit être celui correspondant au domicile du débiteur ou au lieu de l'exécution de la mesure (sauf pour une mesure d'expulsion, pour laquelle le juge saisi doit être celui correspondant au lieu d'implantation de l'immeuble).

Saisir le juge de l'exécution


Le juge de l'exécution agit :

  • au vu d'un jugement passé en force de chose jugée (c'est à dire un jugement définitif qui ne peut plus être contesté ou contre lesquels un éventuel recours n'empêche pas qu'il soit exécuté)
  • ou au vu d'actes préalables effectués par un ou plusieurs huissiers de justice. 

Dépôt de la demande de saisine:


La personne souhaitant saisir le juge de l'exécution doit s'adresser à un huissier de justice. 


La demande est formée par assignation à comparaître (acte fait par un huissier) à la première audience du juge.


Dans le cas d'une expulsion de locataires,  la demande peut toutefois être adressée directement par déclaration au greffe du Tribunal de grande instance contre un récépissé ou par lettre recommandée avec accusé de réception.


L'avocat n'est pas obligatoire. Il est possible de se défendre soi-même.


Il est possible aussi de se faire assister ou représenter par :

  • la personne avec qui on est en couple (mariage, pacs, union libre),

  • un membre de sa famille,

  • une personne employée à son service personnel exclusif


Le représentant, s'il n'est pas avocat, doit justifier d'un pouvoir écrit pour représenter quelqu'un.

A noter


Les décisions du juge de l'exécution peuvent être contestées par la voie de l"'appel", dans les15  jours qui suivent leur notification (information de la personne concernée).


La Cour d'appel est alors tenue de statuer rapidement.


Oui
Plûtot
Non
Article rédigé par , Juriste spécialisé.

Lexique juridique

Ce lexique juridique explique, avec des mots simples, des termes de Droit auxquels le contenu de ce site fait référence.