>  Forum  >  Divorce  >  Divorce et enfants  >  leur père ne veut plus les voir
2155 vues
Posez votre question
Le sujet
Suivre ce sujet

Leur père ne veut plus les voir

Sujet initié par calipoutou, il y a 3 ans
J'ai obtenu du tribunal que les droits d'hébergement du père de mes enfants soient supprimés. Il ne peut plus les voir qu'un samedi sur deux. Il a fait appel de ce jugement, et celui ci a été confirmé. Depuis, il refuse de prendre ses enfants qui donc ne le voient plus du tout. Mais ils le réclament, puis je le contraindre ?
Vous êtes membres ? Connectez-vous

A voir aussi

Enfant ne voulant plus voir un de ces parents A partir de quel age un enfant peut il decide si il ne veut plus aller chez l un ou l autre des parents?

Forum

Je ne veux plus voir mon père ...mais à quelle age à ton le droit de decider chez qui on veut vire ? S, volà mon problème c'est que je suis jeune(13ans)et mes parents son divorcer depuis que j'ai 2ans. en ce jour je fait que de me disputer avec mon père, e...

Forum - Résolu

Ma belle-fille de 16 ans ne veut plus voir son pere Apres le divorce de ses parents, ma belle-fille etait en garde alternee: une semaine chez sa mere, une semaine chez son pere. elle le vivait plutot bien, ...

Forum - Résolu

Mes enfants ne veulent plus voir leur père Mes enfants ont 8 et 11 ans et ne veulent plus aller chez leur père car il les accuse de gacher sa vie,leur ment à mon sujet,il leur fait mener une vie dés...

Forum - Résolu

Mes enfants ne veulent plus voir leur pere Mes enfant 11 et 14 ans ne veulent pas voir leur pere qui n4on pas vu depuis la separation le 22 decembre 2007 le jugement dit qu4il doit les prendrent un ...

Forum - Résolu
8 réponses
+1
+
-
domil314
Titre
Invité actif
messages
1270
avis positifs
378
messages résolus
0
Le père ne veut plus les voir et donc les enfants devraient en souffrir, selon Poup75.
Non, ils doivent comprendre ce que ça veut dire, puis digérer la chose. C'est la vie et c'est comme ça qu'ils souffriront le moins, en faisant le deuil de leur père.
Vous êtes membres ? Connectez-vous
0
+
-
svena
Titre
Invité
messages
1
avis positifs
0
messages résolus
0
Tu ne peux pas l'obliger à les voir et j'ai l'impression qu'il s'agit d'un père blessé qui refuse cette décision. Pourquoi lui avoir fait retirer ses droits d'hébergement? Car si les enfants le réclament, c'est chaud ...
Vous êtes membres ? Connectez-vous
0
+
-
domil314
Titre
Invité actif
messages
1270
avis positifs
378
messages résolus
0
Vous expliquez à vos enfants qu'il ne veut plus les voir et vous faites votre vie sans lui.
Vous êtes membres ? Connectez-vous
0
+
-
poup57
Titre
Invité actif
messages
149
avis positifs
35
messages résolus
0
Bonjour Calipoutou,

Le mieux dans tout cela est de voir avec Mr pourquoi. Les enfants ont besoin de leurs deux parents, ils n'en n'éxistent que deux. Domil314 ne voit pas tout les aspects, mais domil314 est comme ça. Pour le bien de tous, ne rompez pas les ponts.
Bonne journée.
Vous êtes membres ? Connectez-vous
0
+
-
ACALPA
Titre
Invité
messages
1
avis positifs
0
messages résolus
0
Le syndrome d’aliénation parentale (SAP) a été défini et décrit[1] en 1986 par Richard Gardner. Selon lui, il s’agit d’un désordre psychologique qui atteindrait l'enfant lorsque l’un des parents effectue sur lui, de manière implicite, un « lavage de cerveau » visant à détruire l’image de l’autre parent. Lorsque l’opération réussit, l’enfant rejette ou diabolise ce parent qu’il aimait auparavant, et fait indissolublement corps avec le parent aliénant, conformément au désir de celui-ci. Dans une étude longitudinale de 700 divorces « hautement conflictuels » suivis pendant 12 ans, il fut conclu que des éléments du SAP sont présents dans la grande majorité des cas [2] .
Sommaire
[masquer]

* 1 Théorie
o 1.1 Parents aliénants
o 1.2 Les manifestations cliniques
o 1.3 Le SAP et le divorce
o 1.4 En pratique
* 2 Controverse
o 2.1 Remise en question
o 2.2 Polémique scientifique
o 2.3 Opposition féministe
* 3 Bibliographie
* 4 Notes et références
* 5 Voir aussi
o 5.1 Articles connexes
o 5.2 Liens externes

Théorie [modifier]
Parents aliénants [modifier]

Le divorce ou la séparation sont très souvent des moments douloureux. L'amour devient parfois haine, et il arrive qu'un des parents cherche à se venger de l'autre en captant l'enfant. De même, il arrive qu'un parent ne veuille pas « perdre » l'enfant après avoir perdu son partenaire. Il crée donc avec celui-ci un bloc indissociable, dressé contre l'autre parent qui devient le « méchant », responsable de tous leurs malheurs. Certaines fausses accusations d'abus sexuel peuvent être comprises comme une tentative de se convaincre qu'il doit protéger l'enfant.

Selon la description donnée par R. Gardner, quatre critères permettent de diagnostiquer l’action du parent aliénant :

* l’entrave à la relation et au contact;
* les fausses allégations d’abus divers;
* la réaction de peur des enfants;
* la détérioration de la relation depuis la séparation.

Les manifestations cliniques [modifier]

Richard Gardner a décrit huit manifestations chez l'enfant :

* Campagne de rejet et de diffamation : le parent rejeté est complètement dévalorisé, quoique l'enfant soit incapable de motiver cette dévalorisation par des exemples concrets.
* Rationalisation absurde : à l'appui du rejet, l'enfant invoque des motifs dérisoires ou sans rapport avec la réalité.
* absence d'ambivalence normale : le parent rejeté est décrit comme exclusivement mauvais , le parent aliénant est décrit comme bon exclusivement.
* Réflexe de prise de position pour le parent aliénant, lorsque les deux parents sont présents, et même avant que le parent rejeté se soit exprimé.
* Extension des hostilités à toute la famille et à l'entourage du parent rejeté (grands-parents, amis, proches) qui sont à leur tour rejetés avec autant de force.
* Affirmation d'une « opinion propre » artificielle : il s'agit en fait de l'opinion du parent aliénant, que l'enfant est conditionné à présenter comme venant de lui.
* Absence de culpabilité du fait de la cruauté supposée du parent adversaire.
* Adoption de « scénarios empruntés », qui ont été fabriqués par le parent manipulateur : l'enfant les reprend à son compte.

De même, sont décrits plusieurs degrés d'expression et d'intensité des symptômes :

* Intensité faible : tous les symptômes ne sont pas manifestes, leur degré est moindre et la relation parent-enfant est encore fonctionnelle.
* Intensité moyenne : tous les symptômes sont présents, mais l'enfant se calme lorsqu'il est en visite chez le parent rejeté.
* Intensité sévère : dans 5 à 10% des cas la relation avec le parent rejeté est définitivement rompue ou en voie de l'être.

Le SAP et le divorce [modifier]

Dans le cadre des procédures de séparation ou de divorce, l'appropriation, voire la capture de l'enfant peut devenir un enjeu important, soit parce qu'elle permet de détruire moralement le conjoint, soit parce qu'elle permet d'obtenir le contact exclusif avec l'enfant. Pour ce faire, certains parents n'hésitent pas à instrumentaliser leurs enfants, afin de faire basculer le jugement en leur faveur. Les théoriciens du SAP soutiennent donc l'idée que les instances judiciaires doivent avoir connaissance de son processus. Selon les pays, le SAP ne tient pas la même place dans les tribunaux. Ainsi, dans des procédures québécoises, il n’est pas rare que les experts le diagnostiquent chez un enfant, et que des juges en tiennent compte explicitement dans leurs décisions, tandis qu'il est rare qu'il en soit fait mention en France.
En pratique [modifier]

Il est difficile de contrecarrer un SAP en place. D'où l'intérêt de pouvoir le diagnostiquer au plus tôt, et de prendre les mesures judiciaires appropriées, allant jusqu'à une inversion de la résidence principale de l'enfant du parent aliénant vers le parent aliéné.

Le 20 juillet 2006, la Cour européenne des droits de l'homme a rendu un arrêt en faveur d'un citoyen tchèque, Jiří Koudelka, qui l'avait saisie pour un problème de non-représentation d'enfant, en l'occurrence sa fille, après divorce. Cet arrêt condamne l'État tchèque, mettant en évidence son laxisme et son incapacité à faire respecter les droits de visite du père, pourtant établis par les différentes instances judiciaires. Concernant l'enfant et les pressions exercées sur elle par sa mère pour l'amener à rejeter son père, l'arrêt utilise à cinq reprises l'expression « syndrome d'aliénation parentale ».

La justice française commence à être sensibilisée à ce syndrome, récemment décrit dans 'la Gazette du Palais' du 18 novembre 2007[3]. De plus, un colloque sur l'aliénation parentale, mêlant magistrats et psychanalystes, a lieu à Avignon le 8 février 2008[4].
Controverse [modifier]
Remise en question [modifier]

Plusieurs points sont souvent reprochés à cette théorie du SAP. Tout d'abord, le terme même de syndrome dans l'appellation « syndrome d'aliénation parentale » est sujet à polémiques[5]. En effet, de par sa définition, il induit qu'un enfant ayant tout ou partie des comportements décrits pourrait être aliéné, elle pourrait donc éclipser d'autres raisons comme, par exemple des comportements violents comme de la maltraitance de la part du parent rejeté. La théorie du SAP est ainsi critiquée, non dans son fondement mais par le fait que son développement pourrait permettre de cacher les comportements graves de certains parents comme la pédophilie[6].

Par ailleurs, pour certains les éléments comportementaux diagnostiqués chez l'enfant seraient parfois explicables, ne serait-ce qu'en partie par les comportement du parent dit 'aliéné'(par exemple une faible affection, un manque d'empathie...). Cette théorie suppose, en effet, que le parent dit 'aliéné' est un 'bon' parent. Il serait donc nécessaire d'établir ce prérequis avant d'établir un diagnostic de SAP. Or le fondement de l'aliénation selon cette théorie repose justement sur la profonde sensation par le parent aliénant puis éventuellement par l'enfant que le parent aliéné est mauvais et sa fréquentation néfaste. Ce n'est que lorsque cette sensation est infondée que l'on peut parler de SAP. Mais dans ce cas, si le parent aliéné est jugé comme un bon parent par des tiers et que ces derniers diagnostiquent un SAP, le parent aliénant considérera le diagnostic illégitime et le concept saugrenu dans la mesure où lui même reste persuadé que le parent aliéné est un mauvais parent. C'est aussi en cela que cette théorie porte donc dans sa définition propre, objet à polémique.
Polémique scientifique [modifier]

Suite au succès anglo-saxon du concept décrit par Richard Gardner puis développé par M. Walsh et J.M. Bone[7] et à sa médiatisation dans plusieurs affaires de divorce, des débats scientifiques ont débouché sur une vive polémique scientifique[8].
Opposition féministe [modifier]

Certaines associations féministes nient l'existence du SAP et dénoncent son utilisation dans les tribunaux.
Vous êtes membres ? Connectez-vous
0
+
-
témoignage
Titre
Invité
messages
1
avis positifs
0
messages résolus
0
J'ai connu cela, mon père ne voulait plus me voir après une décision de justice qu'il n'acceptait pas.
Je lui en ai beaucoup voulu même s'il ne m'a pas complètement abandonnée car nous sommes restés en communication téléphonique jusqu'à ce que je lui dise que je ne voulais plus entendre parler de lui.
Mais un jour, il me manquait tellement que je suis allée direct chez lui. J'ai été accueillie comme une reine, il y a eu beaucoup d'émotion. Il vivait depuis quelques années avec une compagne qui avait une fille de mon âge qui m'ont toutes les deux accueillie les bras ouverts. C'est elle qui a profité de toutes ces années au cours desquelles je n'ai pas pu le voir, là
encore j'ai beaucoup souffert, car en plus j'ai compris que ce n'était pas pour me protéger que ma mère avait fait restreindre ses droits, mais pour se venger de lui. Il a réagi comme il a pu, ulcéré, sans doute pas de la meilleure manière pour moi, mais maintenant je le comprends.
Alors je trouve que domil 314 y va un peu fort, car si le père en question a fait appel c'est qu'il aime ses enfants, et s'ils le réclament au point que ça pose un problème à la mère,c'est qu'il y a un lien fort. Alors Calipoutou, négociez avec lui, pour vos enfants. Ma mère moi, je ne veux plus la voir.
Vous êtes membres ? Connectez-vous
0
+
-
patineuse
Titre
Invité
messages
1
avis positifs
0
messages résolus
0
Acalpa, je tombe sur votre exposé que je trouve très intéressant car j'ai dans mon entourage un papa qui me paraît être victime de ce syndrome. Mais que peut-on faire pour corriger cela, est ce qu'avec le temps ce syndrome peut disparaitre chez l'enfant grandissant, ou bien quand les liens sont rompus -ce n'est pas encore le cas mais je vois ça arriver vitesse grand v tellement les rapports entre le père et la fille sont devenus conflictuels-, est ce irréversible ?
Vous êtes membres ? Connectez-vous
0
+
-
calipoutou
Titre
Invité
messages
3
avis positifs
0
messages résolus
0
Voilà maintenant que les enfants me réclament de passer Noël(une semaine) avec leur père et sa copine, ils reviennent à la charge tous les jours, j'ai beau leur dire que c'est impossible, qu'il y a eu un jugement, ils ne veulent pas comprendre, que faire ????
Vous êtes membres ? Connectez-vous
Posez votre question
Merci de mettre un sujet clair et précis en évitant les termes génériques du type « Urgent » ou « J’ai un problème »...
Communauté : Un forum est avant tout une communauté, il ne faut pas espérer obtenir de réponses des membres si vous ne cherchez pas vous-même à trouver des réponses pour eux. Nous encourageons donc nos membres à répondre en priorité à ceux qui ont répondu à d'autres membres en premier lieu.
Clarté : Il faut poster ces messages dans le thème le plus approprié. Il faut mettre un objet clair, il faut par exemple éviter "Urgent" ou "Besoin d'aide", qui ne donne aucune information quant au contenu de votre question. Vos objets doivent plutôt ressembler à cela : "Divorcer d'avec un étranger", ou "licenciement durant un congé maternité", par exemple. D'autre part, il faut éviter le style télégraphique ou le langage texto. Il est aussi préférable de se relire plusieurs fois, et de s'assurer d'avoir mis tous les éléments qui pourraient permettre à un membre de vous répondre avec précision. Si vous souhaitez obtenir une réponse précise à une question, Il faut éviter de polluer votre message avec de éléments qui n'apportent rien à la compréhension du problème, cantonnez-vous aux faits et aux dates. A l'inverse, si vous souhaitez discuter avec les autres membres de vos sentiments ou de vos expériences personnelles, les tribunes libres de chacun des domaines sont là pour ça.
Courtoisie : Quand un membre répond à votre question, il est préférable de le remercier. D'autre part, si vous estimer que la réponse qui vous a été fournie ne correspond pas à votre attente, ne reposez pas la même question dans un autre message, mais précisez votre demande dans le même message.

Vous êtes membres ? Connectez-vous