>  Fiches Pratiques  >  Droit du travail  >  Licenciement  >  Abusif  >  Indemnités

Lorsqu'un salarié conteste son licenciement aux prud'hommes, il peut obtenir gain de cause.

En pareil cas, les conséquences varient selon que le juge déclare le licenciement comme :

  • Nul (licenciement discriminatoire ou prononcé en méconnaissance de la protection accordée à certains salariés) ;
  • Injustifié (fondé sur un motif considéré comme étant sans cause réelle et sérieuse) ;
  • Ou irrégulier (la procédure n'a pas été respectée, mais ne suffit pas à annuler ou à priver de cause réelle et sérieuse le licenciement).

A voir aussi

Indemnites pour licenciement abusif Suite depot de bilan et licenciement economique - si conteste et que le conseil de prud hommes donne droit au salarie des sommes reclamees pour licenciemen...

Forum - Résolu

Indemnites licenciement abusif Embauchée en cdi avec 2 mois de période d'essai, j'ai reçu ma lettre de licenciement 1 mois après la fin de ma période d'essai. le motif évoqué lors de l'...

Forum - Résolu

Indemnités de préjudice pour licenciement abusif Travaillant chez un particulier en tant que auxiliaire de vie pendant 21 mois (cdi), et ayant été licenciée sans cause rélle et sérieuse, avec un salaire d...

Forum - Résolu

Indemnité licenciement abusif Age de 50ans ayant 22 ans d'ancienneté dans une entreprise commerciale de plus de 500 employés et après un licenciement abusif je voudrais savoir à quel m...

Forum - Résolu

Agir en justice

Le salarié qui conteste son licenciement peut saisir le conseil des Prud’hommes :

  • Du lieu de l’établissement où il travaille ;
  • Du lieu du siège social de son employeur ;
  • Ou du lieu où le contrat de travail a été conclu ;
  • Ou, lorsque le salarié travaille hors de l’établissement, le conseil des Prud’hommes du lieu du domicile du salarié.

Le salarié n’est pas obligé de recourir à un avocat pour saisir le conseil des Prud’hommes.
Le salarié peut aussi être assisté ou représenté par d’autres salariés, les délégués permanents ou non des organisations syndicales, le conjoint du salarié (R1453-1 Trav.).

Nullité du licenciement

Réintégration du salarié dans l'entreprise

Lorsque le juge prononce la nullité du licenciement, le salarié peut demander à être réintégré dans l'entreprise à son ancien poste ou à un poste équivalent.

L'employeur ne peut pas s'opposer à la réintégration du salarié.

Le salarié réintégré bénéficie d'une somme réparant la totalité du préjudice subi au cours de la période qui s'est écoulée entre :

  • La rupture du contrat de travail ;
  • Et sa réintégration dans l'entreprise.

Cependant, cette somme est versée dans la limite du montant des salaires dont le salarié a été privé.

Refus du salarié d'être réintégré à son poste de travail

Lorsque le salarié refuse sa réintégration ou ne la demande pas, il bénéficie des indemnités de licenciement, de préavis et de congés payés.

Le salarié perçoit une indemnité réparant l'intégralité du préjudice dont le montant, fixé par le juge, équivaut au minimum aux 6 derniers mois de salaire.

Il bénéficie également d'une indemnité fixée par le juge et réparant le préjudice causé en cas de non-respect de la procédure de licenciement.

Le représentant du personnel qui ne réintègre pas l'entreprise a également droit à une indemnité égale au montant des rémunérations qu'il aurait dû percevoir entre son éviction et l'expiration de la période de protection en cours.

Licenciement injustifié pour absence de cause réelle et sérieuse

Réintégration du salarié dans l'entreprise

Lorsque les juges prononcent le licenciement sans cause réelle et sérieuse, le salarié peut demander sa réintégration à son ancien poste ou à un poste équivalent.

Cependant, la réintégration n'est possible que dans les conditions cumulatives suivantes :

  • Si le salarié a au moins 2 ans d'ancienneté ;
  • Si l'entreprise emploie au moins 11 salariés ;
  • Si ni l'employeur, ni le salarié ne s'oppose à la réintégration.  

Absence de réintégration

Lorsque l'employeur ou le salarié s'oppose à la réintégration, le salarié perçoit les indemnités de licenciement, de préavis et de congés payés.

Le salarié bénéficie également d'une indemnité réparant le dommage subi et dont le montant déterminé par le juge est fixé :

  • Soit aux 6 derniers mois de salaire minimum si le salarié a au moins 2 ans d'ancienneté dans une entreprise d'au moins 11 salariés ;
  • Soit, à défaut, en fonction du préjudice subi.

Licenciement irrégulier

Réintégration du salairé impossible

Lorsque la procédure de licenciement a été déclarée irrégulière par les juges, la réintégration du salarié est impossible.

En effet, la procédure n'a pas été respectée, mais ne suffit pas à annuler ou à priver de cause réelle et sérieuse le licenciement.

Indemnité pour procédure irrégulière

Le salarié a droit au bénéficie d'une indemnité réparant le préjudice subit dont le montant est fixé par le juge.

  • Ancienneté supérieure à 2 ans dans une entreprise de plus de 11 salariés

Le salarié bénéficie d'une indemnité qui ne peut être supérieure à 1 mois de salaire.

À défaut, l'indemnité est fixée en fonction du préjudice subi.

  • Ancienneté inférieure à 2 ans ou entreprise de moins de 11 salariés 

Le salarié peut demander aux juges la condamnation de l'employeur au paiement d'une indemnité.

L'indemnité est calculée en fonction du préjudice subi, dont l'étendu est apprécié souverainement par les juges.

Ces derniers prennent en compte la difficulté qu'aura le salarié à retrouver un emploi compte tenu de son âge, du secteur d’activité,  ainsi que les conséquences entraînées par la chute des revenus.

Irrégularités de procédure

Quelque soit la situation personnelle du salarié, les irrégularités de procédure (défaut d'entretien préalable, non respect des délais, etc.) sont sanctionnées par une indemnité déterminée par les juges en fonction du préjudice subi par le salarié.

Conséquences de la nullité du licenciement économique

Indemnités spécifiques

Le salarié bénéficie d'une indemnité spécifique lorsqu'il :

  • Obtient l'annulation de son licenciement suite à l'annulation du plan de sauvegarde de l'emploi ;
  • Et ne souhaite pas ou n'a pas pu réintégrer l'entreprise.

L'indemnité ne peut pas être inférieure aux salaires des 12 derniers mois.

En cas de défaut de mention de la priorité de réembauchage dans la lettre de licenciement pour motif économique, l'employeur devra payer au salarié une indemnité qui ne peut être inférieure à 2 mois de salaire.

Préjudice distinct du licenciement économique

Lorsque le salarié subit un préjudice distinct de celui résultant de son licenciement abusif, il peut demander des dommages et intérêts.

Ces dommages et intérêts fixés par le juge sont versés à titre complémentaire au titre de l'article 1382 du Code civil, en raison du :

  • Préjudice moral subi par le salarié ;
  • Contexte vexatoire du licenciement ;
  • Licenciement portant atteinte à la dignité et à la notoriété du salarié, et de nature à l'humilier.

Le dommage subit par le salarié doit résulter de mesures vexatoires, humiliantes ou de nature à discréditer le salarié prisent par l'employeur lors des circonstances de la rupture.

Conseil Pratique

Indemnité de licenciement pour motif personnel ou économique

Il est nécessaire de calculer le plus favorablement le salaire de référence selon deux modes de calculs :

  • Soit 1/12ème de la rémunération brute des 12 derniers mois ;
  • Soit 1/3 des 3 derniers mois de rémunération brute.

L'indemnité de licenciement est égale à :

(salaire de référence x 1/5 x ancienneté) + (salaire de référence x 2/15 x ancienneté supérieure à 10 ans)

Pour exemple :

  • Pour un salaire de référence de 1 500 € et une ancienneté de 5 ans : (1500€ x 1/5) x 5 ans = 1500€
  • Pour un salaire de référence de 1500€ et une ancienneté de 12 ans :  [(1500€ x 1/5) x 12 ans] + [(1500€ x 2/15) x 2 ans] = 4000€

La convention collective ou le contrat de travail peut prévoir une indemnité légale plus avantageuse.

Indemnité compensatrice de préavis

Il s'agit d'une indemnité forfaitaire égale au salaire brut que le salarié aurait perçu s’il avait travaillé pendant la durée du préavis.

Elle est fixée par l'employeur en fonction de l'ensemble des éléments habituels de rémunération du salarié.

Indemnité de congés payés

Cette indemnité permet d'indemniser le salarié des droits à congés payés non liquidés lors de la cessation du contrat.

Elle se calcule selon deux modes de calculs, dont le plus avantageux doit être retenu :

  • Salaire de référence x 1/10ème ;
  • Ou maintien du salaire pendant les congés payés.

Oui
Plûtot
Non
Article rédigé par , Juriste spécialisé.

Lexique juridique

Ce lexique juridique explique, avec des mots simples, des termes de Droit auxquels le contenu de ce site fait référence.