>  Fiches Pratiques  >  Droit du travail  >  Licenciement  >  Abusif

Principe

C’est lors de l’entretien préalable à son licenciement qu’un salarié découvre les raisons de son licenciement.
Il peut contester cette décision auprès de son employeur au cours de l’entretien.
Mais lorsqu’un salarié reçoit sa lettre de licenciement, il peut toujours contester son licenciement en saisissant le conseil des Prud’hommes s’il considère que son licenciement est abusif.

A voir aussi

Le licenciement abusif

Fiche Pratique

Licenciement abusif Mon mari est victime d'un licenciement abusif. dans la lettre de licenciement les faits qui lui sont reprochés sont faux et il peut le prouver avec des doc...

Forum - Résolu

Licenciement abusif :shock: je garde un enfant depuis plus de 2 ans sans problème si ce n'est que les parents refusent de sonner avant d'entrer dans ma cour, alors que cett...

Forum - Résolu

Licenciement abusif ? Tout le monde, je suis embaucher en cdi (statue salarié vrp exclusif) depuis 4 mois (periode d'essai de 3 mois deja passé) en tant qu'attaché commercial p...

Forum - Résolu

Qu’est-ce qu’un licenciement abusif ?

Pour savoir si un licenciement est abusif, il convient de vérifier deux éléments importants : le contenu de la lettre de licenciement et la cause du licenciement.

La motivation de la lettre de licenciement

La lettre de licenciement est la pièce maîtresse.


Quelque soit les motifs du licenciement (économique ou personnel), la lettre de licenciement doit être motivée c'est à dire expliquer les motifs justifiant le licenciement.


La lettre de licenciement doit donc comporter une énonciation des motifs du licenciement .


Ces motifs doivent être précis et objectifs c'est-à-dire matériellement vérifiables.

Ex. : faute du salarié, insuffisance de résultats etc...


La lettre de licenciement fixe les termes du litige : cela signifie que l'employeur ne peut invoquer devant le juge prud'homal d'autres motifs que ceux qu'il a énoncés dans la lettre.


La lettre de licenciement doit être envoyée après un délai de réflexion de 2 jours francs après la tenue de l'entretien préalable et 1 mois si le licenciement a un caractère disciplinaire.
 

Agir en justice


Si la lettre de licenciement ne comporte aucun motif de licenciement ou si les motifs de licenciement invoqués dans la lettre ne sont pas suffisamment précis et objectifs, le licenciement sera considéré comme abusif, c'est-à-dire dépourvu de cause réelle et sérieuse.


De même si le salarié considère qu'il a été licencié pour d'autres motifs que ceux figurant dans la lettre, il pourra rapporter la preuve de l'existence de ce motif "caché".


Ex. : un salarié licencié pour faute peut démontrer que son licenciement est du à un motif inavouable, tel que son activité syndicale ou des éléments de sa vie privée.


L’employeur sera ainsi condamné par le Conseil de prud'hommes ou par voie de transaction au paiement d’indemnités au salarié pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.

La cause réelle et sérieuse du licenciement (motif personnel/disciplinaire)

Le licenciement d’un salarié doit reposer sur une cause réelle et sérieuse.


Autrement dit, l’employeur doit avoir une raison objective et suffisamment sérieuse pour mettre un terme au contrat de travail.


Il s’agit d’un motif d’ordre professionnel qui doit pouvoir être imputé au salarié.
Ex. : L’employeur peut licencier un salarié en raison de son insuffisance professionnelle (incompétence). Mais il ne peut reprocher à un commercial une diminution de ses ventes alors que le marché est en crise et que l’entreprise connaît une baisse générale de son chiffre d’affaires.


L’employeur peut licencier un salarié en raison des fautes qu’il a commises. La faute doit être suffisamment grave pour justifier un licenciement.
Autrement dit, le juge regardera si la sanction prononcée (en l’occurrence le licenciement) est proportionnée à la faute commise.
Si une faute a déjà fait l’objet d’une sanction disciplinaire, l’employeur ne peut plus prononcer un licenciement disciplinaire car il ne peut pas sanctionner deux fois la même faute.

La cause économique du licenciement

Un licenciement pour motif économique est un licenciement effectué pour une raison étrangère à la personne du salarié (article L. 1233-3 du Code du travail).
Trois autres conditions doivent être remplies :
    - Tout d’abord, l’employeur doit pouvoir être en mesure de démontrer que le licenciement est justifié par une raison d’ordre économique.
Il peut invoquer différentes catégories de raisons économiques : des difficultés économiques sérieuses, l’introduction dans l’entreprise de nouvelles technologies, l’existence de menaces pesant sur la compétitivité et qui rendent nécessaire sa réorganisation, ou enfin, la cessation d’activité de l’entreprise.
    - Ensuite, l’employeur doit démontrer que ces causes économiques ont des répercussions concrètes dans l’entreprise :
     * L’emploi du salarié est transformé ou supprimé,
     * Ou celui-ci a refusé une modification de son contrat de travail pourtant nécessaire du fait des raisons économiques ci-dessus évoquées.
   - Enfin, l’employeur a été contraint de licencier le salarié malgré tous ses efforts pour reclasser le salarié dans l’entreprise ou dans le groupe auquel appartient l’entreprise.

A noter

En matière de licenciement pour motif économique, l’employeur doit préciser dans la lettre de licenciement.
    - la cause économique du licenciement : des difficultés économiques, des mutations technologiques, la réorganisation de l’entreprise, ou encore la cessation d’activité de l’entreprise,
    - mais aussi ses conséquences sur l’emploi : suppression ou transformation de l’emploi, modification refusée par le salarié de son contrat de travail.

Motifs prohibés de licenciement

  • La vie privée

En principe, l’employeur ne peut fonder un licenciement d’un salarié sur des faits relevant de sa vie privée.
Le salarié a droit, même au temps et au lieu de travail, au respect de sa vie privée.
Mais il existe quelques exceptions.
Plus particulièrement, le licenciement d’un salarié peut également être justifié si le comportement du salarié dans le cadre de sa vie personnelle a causé un trouble objectif caractérisé au sein de l’entreprise.
Le juge tient compte, pour apprécier ce trouble, des fonctions du salarié et de l’activité de l'entreprise.

  • Les motifs discriminatoires

L'article L. 1132-1 du Code du travail rend nul tout licenciement d’un salarié prononcé en raison de son origine, de son sexe, de ses moeurs, de sa situation de famille, de son appartenance à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de l'exercice normal du droit de grève ou de ses convictions religieuses ou, sauf inaptitude constatée par la médecine du travail, en raison de son état de santé ou de son handicap.
Dans ce cas, le licenciement est annulé et le salarié peut demander au juge sa réintégration dans l’entreprise.
Notons cependant que si l'article L 1132-1 du code du travail fait interdiction à l'employeur de licencier un salarié notamment en raison de son état de santé ou de son handicap, la Cour de cassation considère que l’employeur conserve son droit de licencier un salarié non pas en raison de l’état de santé du salarié, mais du fait de la situation objective de l'entreprise dont le fonctionnement est perturbé par les absences prolongées du salarié.
L’employeur doit donc démontrer la nécessité de pourvoir au remplacement définitif de ce salarié.

Les indemnités pour licenciement abusif

Si la lettre de licenciement n’est pas suffisamment motivée, ou si la cause du licenciement n’est pas réelle et sérieuse, le licenciement sera considéré comme abusif, c'est-à-dire dépourvu de cause réelle et sérieuse. Le salarié pourra...

Les indemnités pour licenciement abusif »
Oui
Plûtot
Non
Article rédigé par , Juriste spécialisé.
Devis gratuit et immédiat en ligne avec

Lexique juridique

Ce lexique juridique explique, avec des mots simples, des termes de Droit auxquels le contenu de ce site fait référence.